Hop, sacré style de vie !

J’ai testé les serviettes hygiéniques lavables et la cup menstruelle « Dans ma culotte » !

Hello hello !
Et BIENVENUE Dans Ma Culotte !

Hé oui, aujourd’hui, le thème mis à l’honneur n’est autre que celui de nos REGLES d’amour !
Vous savez, celles qui nous accompagnent depuis notre adolescence, celles qui ont le souci de prendre soin de nos sauts d’humeur, de nos maux de ventre, de nos bouffées de chaleur, de notre fatigue intense, de notre forte irritabilité rien qu’une semaine par mois !

Vous voyez de qui je parle ? 

Et bien il est aujourd’hui tant de leurs rendre la pareille avec un concept ultra chic, un concept qui dieu merci, amen, les rendent encore plus glamour, et qui surtout a été conçu pour faciliter notre confort de vie menstruel avec respect et coeur (au sens propre du terme cette fois-ci).

Dis, explique nous, raconte nous ?

Cela fait maintenant 9 ans que je me coltine cet avantage uniquement réservé aux femmes ! Et évidemment, lorsque ce cadeau de la nature m’est apparu, je n’étais encore qu’une enfant, en pleine crise d’adolescence, qui ne savait pas trop comment les prendre, comment les gérer ! Je me suis dans un premier temps demandée « si elles allaient apparaitre toute ma vie ? » puis une fois ma naïveté de coté, je me suis sentie obligée de me prendre en main et d’opter pour l’alternative qui me semblait la plus pratique et discrète, soit : le tampon.

Tampons que j’ai utilisé durant six années. Puis consciente des effets nocifs qu’ils peuvent avoir pour notre flore vaginale, j’ai décidé en 2014 d’arrêter, pour passer aux serviettes hygiéniques jetables, composées de produits toxiques elles aussi certes, mais moins toxiques tout de même.

Cependant, l’idée de porter des composants parfumés dans ma culotte, ne m’a jamais vraiment enchanté, ainsi, pour me préserver, j’ai activement recherché d’autres alternatives bien plus saines.

J’ai tout d’abord entendu parler des culottes jetables, qui je l’avoue ne m’ont pas enchanté à cause de leur côté peu pratique ! Je me voyais mal les changer au travail, vous voyez…

J’ai donc poussé mes recherches et je suis tombée sur la super video de Coline, ventant les mérites des serviettes hygiéniques lavables « Dans ma culotte« .
J’ai donc foncé sur le site, et j’ai de suite craqué pour l’idée !

Parle nous des tampons ?

Pour vous les décrire en quelques mots, je dirais que ce sont des « poubelles toxiques« .

C’est à dire ?

Et bien il est prouvé par de nombreuses études scientifiques, que les tampons commercialisés dans les supermarchés sont plein de composants chimiques. D’ailleurs il y en aurait tellement (environ 20 à 30) qu’il est difficile de les lister. On sait cependant qu’ils sont composés de dioxine, un polluant connu pour être l’un des plus dangereux au monde, selon l’OMS.
Ce qu’il faut également savoir, c’est que le tampon est normalement constitué de cellulose provenant des arbres. La couleur doit donc naturellement être marron. Mais en grande majorité, elle apparait blanche, pour cause, certains industriels utiliseraient du dioxyde de chlore pour les décolorer, produisant ainsi des dioxines, connus comme étant aussi des PERTURBATEURS ENDOCRINIENS.

Parle nous des serviettes hygiéniques ?

AH oui, tenez, prenez un sachet de serviettes hygiéniques et tentez de me donner les composants qui s’y trouvent en jetant un oeil sur le packaging ?

Vous ne trouvez pas ? Ah bah oui, normal, ils n’y sont pas présentés !
Etrange n’est ce pas ?

Et bien merci le site « Les anglais ont débarque » car, eux, ils ont enquêté pour nous, et ce qu’ils ont dégoté n’est pas bien fameux. Disons que finalement ce n’est pas réellement mieux que les tampons !

Sachez donc que dans nos jolies serviettes parfumées, nous y trouvons : du rayonne (tissu synthétique appelée soie synthétique), du cellulose synthétique, de la poudre absorbant polymérisée (polyacrylate de sodium) issue des produits pétroliers portant le nom de SAP (super absorbent powder), de la dioxine (oh le revoilà celui ci), de l’aluminium, ainsi que les fameux parfums de synthèse pour limiter les odeurs.

Oh la joie oie oie oieeeee !

Bon, autant vous dire, que ni le tampon, ni la serviette sont a utiliser si nous souhaitons préserver notre petite santé déjà bien fragilisée par le monde qui nous entoure !

Alors je vous ai dégoté :

La solution miracle !

Les serviettes hygiéniques LAVABLES

Héééé oui qui sont de l’ordre du miracle !  Je vous disais plus haut que j’ai donc totalement craqué  pour ce concept dans la mesure où nous sommes aussi bien sur un côté sain et naturel, qu’un côté pratique et économique.

J’avoue avoir moi aussi eu des doutes, je me disais que cela devait être dégoûtant, l’idée d’y plonger ses mains, me semblait quelque peu degueu, mais finalement rien de tout cela ne l’est !

Je vous explique :

Le site Dans ma Culotte propose plusieurs tailles, pour les différences de flux mais aussi pour les préférences de chacune :

  1. Un grand format, format de nuit ou pour les flux abondant
  2. Un moyen format pour les flux normaux
  3. Un petit format, pour les petit flux ou en guise de protege slip en début ou fin de règles !

Pour ma part,
J’ai opté pour un grand format et un petit format, mais après test, je vais tout de même commander, en plus, le moyen format.

Que nous conseilles-tu ?

Pour des raisons pratique, je vous conseille d’investir dans
3 grandes, 3 moyennes et 3 petites

Pourquoi ?

Ayant un flux moyen, j’aime utiliser des grands formats, pour une qualité de confort. L’idée pour moi est donc dès le premier jour de mes règles, d’utiliser une grande serviette, de la changer 3 fois dans la journée (à raison de 5 à 6 par jour avec des serviettes hygiéniques jetables), puis le soir de les laver à la machine à laver avec mes sous vêtements de la semaine, ainsi je les laisse sécher toute la nuit puis je les reporte le second jour.
Pour éviter 5 machines à la semaine, j’opte ensuite pour le moyen format matin, am, et soir le troisième jour,
puis pour le quatrième jour, si mes règles sont encore abondantes, je favorise les serviettes Natracare bio (à l’allure de couche culotte) mais à titre d’exception et
si mon cycle se termine, j’utilise le petit format en guise de protège slip !

Comment les laves-tu ?

Et bien c’est très simple, il suffit :

  • de la retirer, tout en sachant qu’elle a un effet tellement absorbant, qu’aucun surplus ne dépasse, pas de panique, rien ne dégouline, tout est dans l’insert de la serviette !
  • Ensuite on la range dans une pochette prévue à cette effet, que l’on trouve d’ailleurs sur le site mais que l’on peut aussi se créer soi même.
  • Puis, on la jette dans une bassine d’eau froide, le sang se dissout en 2 mn top chrono,
  • On la rince au lavabo avec du savon bio détachant, aussi vendu sur le site, qui fait hyper bien son job !
  • Puis hop dans la machine à 60°c et le tour est joué.
  • Laissez sécher à l’air libre.

Quels sont les avantages ?

Elles sont naturelles

– Le dessus est 100% composé de coton bio certifié GOTS
– L’intérieur est composé de 70% de polyester + 30 % de polyamide
– Le dessous est composé de 65% polyester + 35% de polyuréthane.

Elles sont économiques

Calculons le coût des serviettes jetables que nous achetons dans les centres commerciaux :

Partons du principe qu’un paquet de 20 serviettes hygiéniques coûte environ 4,74 euros.
Sachant que nous en utilisons quasiment 6 par jour pendant 5 jours, nous en usons donc 35 soit 2 paquet de 4,74 euros par mois.

Faisons le calcul à l’année :
4,74 * 2/mois = 9,48 euros * 12 mois
= 113,76 euros et 227,52 e pour 24 mois.

Calculons le coût des serviettes lavables que nous achetons sur le site « Dans ma culotte » :

Partons du principe que nous en utilisons 3 grandes, 3 moyennes et 3 petites par mois.
La grande coûte 19 e * 3 = 57 e
La moyenne coûte 17 e * 3 = 51 e
La petite coûte 15 e * 3 = 45e
= 153 euros pour 12 mois, mais aussi 24 mois, etc.

Entendons nous donc dire que sur du long terme, en plus d’être saines et de préserver notre santé, les serviettes « Dans ma culotte » sont économiques !

Elles sont canons 

Et pour preuve, les photos valent mieux que mille mots :

ET EN PLUS ELLES SONT
MADE IN FRANCE
MADE IN NORMANDIE

Quels sont les inconvénients ?

Rien à signaler.

 

Et pour celles qui ne jurent que par les tampons,
PAS DE PANIQUE,
Il existe aussi une autre alternative plus saine que le tampon :

La cup menstruelle

Pour ma part, je l’ai acheté pour ne pas mourir bête !
Beaucoup de monde m’en vante les mérites, alors j’ai souhaité la tester !

Je suis, disons plus perplexe.

Et pourquoi ?

Car si certes elle semble tout de même plus naturelle que les tampons, elle n’en est pas plus pratique ! Evidemment, je l’utiliserais, car de loin, je la préfère aux tampons ne serait ce que par leurs compositions, mais je me vois très mal, me faufiler dans les toilettes, pour changer ma cup ni vue ni connue, puis tranquillou, la rincer au lavabo et la remettre hophop ! je ne trouve pas cela dingue niveau hygiène !

Et puis je dois bien admettre que pour l’utiliser, il faut être sacrement à l’aise avec son corps, lorsque ce n’est pas complètement le cas, c’est gênant de la changer ailleurs que chez soi.

C’est pour cette raison, que je fais le choix de la porter, mais uniquement lorsque je serais en vacances, ou les jours de piscine ou encore de plage. Car autrement elles sont vraiment efficaces, nous n’avons pas besoin de beaucoup les changer, et elles sont d’une discrétion incomparable !

Et le syndrome du choc toxique dans tout ça ?

Pas de panique, ce dernier est très rare, que l’on parle de tampons ou de cup, le risque reste le même car il s’agit là, toujours de sang qui stagne dans une cupule ! Mais si vous ne l’oubliez pas et que vous la changez au moins 2 à 3 fois par jour en fonction de votre flux, pas de soucis !

Comment faire pour la mettre et la retirer ?

On en vient de nouveau aux côté peu pratique les jours de boulot et pratique les jours de vacances !
Rien de mieux qu’un dessin, et pour plus de précision, fileeeez regarder ma vidéo !

Crédit photo : Dans ma culotte.

Crédit photo : Dans ma culotte.

Crédit photo : Dans ma culotte.

Vous voyez, pratiquer cela au boulot, c’est ramollo !

Pour des infos plus claires, filez aussi découvrir l’article prévu à cet effet sur le site
« Dans ma culotte« .

Comment la laver ?

Et bien lorsque nous la changeons la journée,
il suffit de la vider, puis de la rincer à l’eau et hop, on l’insère de nouveau.

Pour la laver à la fin de la journée ou en fin de cycle, 
il suffit de la stériliser en la faisant bouillir dans une casserole d’eau bouillante 10 à 15mn
ou bien encore de la stériliser dans le Gobi prévu à cet effet.

Quels sont les avantages ?

Leur composition, elles sont garanties :

sans PVC
– sans BPA
– sans latex
– sans phtalates
– sans métaux lourds

Elles sont toutes mignonnes

Quels sont les inconvénients ?

Elles ne sont pas pratique à vider lorsque nous travaillons, ou que nous nous baladons.
Il faut absolument être à l’aise avec son corps.

Filez vite découvrir la vidéo qui complete cet article 
PAR ICI

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :